Home / Conseils / Photovoltaïque autoconsommation sans revente

Photovoltaïque autoconsommation sans revente

autoconsommation solaire sans revente réseau

L’autoconsommation solaire sans revente est teintée de nuances. En effet la taille du kit solaire pressenti en face des besoins de la résidence détermineront les dispositifs et les obligations à mettre en oeuvre pour respecter la convention d’autoconsommation sans injection.

Autoconsommation totale

C’est la configuration du photovoltaïque en autoconsommation la plus simple. On pourra distinguer différents aspects :

  • la consommation de la centrale en toiture ou au sol est intégrale. Sous réserve d’avoir bien défini votre besoin
  • pour ce qui touche à l’installation photovoltaïque, elle peut être gérée par vos soins. En effet, l’installation solaire de ce type ne nécessite pas l’intervention d’un électricien même si c’est toujours recommandé

D’une façon générale, cette configuration est réservée dans le résidentiel aux kit solaires de faible puissance. En principe, on restera dans les limites du talon de consommation.

Autoconsommation partielle

Votre centrale solaire domestique est surdimensionnée auquel cas nous avons deux cas de figure.

Dans le premier cas, il vous faudra placer un dispositif pour brider l’installation. C’est ce qu’on appelle l’autoconsommation partielle sans injection. Un dispositif technique comme le Smart Meter de Fronius par exemple devra détecter la production solaire en trop. En cas de surproduction, votre onduleur est bridé pour ne pas dépasser la consommation en temps réel.

Dans le second cas, le surplus de votre installation est injecté dans le réseau à titre gracieux. C’est ce qu’on appelle l’autoconsommation partielle avec injection. Toutefois, cela n’est possible que dans la limite d’un kit résidentiel de 3 KWc maximum dont le seul bénéficiaire de l’électricité sera Enedis. Et cela au titre des pertes réseau.

Attendu que pour les deux options nous avons une perte de production. Un surcoût pour le bridage qui plus est. Pour ces deux raisons, l’autoconsommation partielle est à étudier soigneusement. La conséquence d’un mauvais dimensionnement serait d’alourdir votre coût de revient du KWh solaire.

En qui concerne le volet administratif, vous aurez à gérer deux volets. Le photovoltaïque autoconsommation sans revente est régi par la convention d’autoconsommation sans injection. En plus de la déclaration de travaux préalable pour les panneaux solaires.

En conclusion, si vous optez pour une installation avec un surplus important, le mieux sera de le vendre. Vous aurez alors la possibilité de mieux rentabiliser votre installation solaire.

Pour aller plus loin >

 

Crédit photo Flickr 1

Voir également

autoconsommation sur suiveur solaire

Tracker solaire en autoconsommation

La société AXOSUN spécialisée dans l’autoconsommation solaire assure toute la chaîne de valeurs à destination …